Montage du banc MHD basse densité

Depuis mai 2010, le banc MHD basse densité était en cours d’assemblage. Il est aujourd’hui opérationnel. Beaucoup de pièces ont été réalisées spécifiquement pour ce banc, comme la vanne étanche au vide et l’actionneur, isolés électriquement qui ont été dessinés, usinés et montés. Une motorisation télécommandée a été ajoutée afin de garder une distance de sécurité entre l’expérimentateur et le banc.L’usinage des petites pièces comme les bouchons et les maquettes d’aérodyne se fait sur place, sur un ensemble tour-fraiseuse pour modélistes.

La cloche à vide, cylindrique, fait 40 cm de diamètre. La première que nous avions reçue, lors de la première mise sous vide, avait commencée à se déformer de manière inquiétante. Le fabricant l’a récupérée à ses frais, et nous avons dû en acquérir une nouvelle en urgence. Par souci de sécurité, trois panneaux vitrés ont été rajoutés pour protéger les expérimentateurs des projections de matière liées au risque d’implosion de la cloche. La desserte en métal a depuis laissée place à une nouvelle, en bois, évitant les risques d’électrocutions.

L’actionneur en matériau isolant a été dessiné et construit. Nous y avons ajouté une motorisation télécommandée afin de garder une distance de sécurité entre l’expérimentateur et le banc. Le contrôle de l’expérience se fait également à distance, sur écran vidéo. Les usinages des petites pièces ( bouchons, maquettes ) se font sur place, sur un ensemble tour-fraiseuse pour modélistes.

bancMHD_ufo-science

Schéma général du banc MHD basse densité

Le banc est constitué d’une pompe à vide, chargée de diminuer la pression atmosphérique à l’intérieur de la cloche.

Une alimentation haute tension génère une décharge électrique diffuse par le biais d’électrodes positionnées sur le pourtour d’une maquette d’aérodyne.

La maquette, quant à elle, est placée à l’intérieur de la cloche sur un support constitué d’aimants permanents fixes. L’actionneur, situé au dessus de l’ensemble, a pour fonction de faire descendre une autre série d’aimants, en opposition avec les précédents.

Les champs magnétiques nécessaires pour avoir des paramètres de Hall élevés restent modérés : de l’ordre de mille gauss. C’est la raison pour laquelle sont utilisés de simples aimants permanents.

Si on voulait rééditer les mêmes expériences à la pression atmosphérique, il faudrait mettre en jeu des champs de plusieurs teslas, voire de dizaines de teslas, créer l’ionisation par des micro-ondes en 3 gigahertz, etc. Les concepts seraient les mêmes, sauf que le coût de l’installation et de la mise en œuvre coûterait mille fois plus cher.

Par souci de sécurité, trois panneaux vitrés ont été rajoutés pour protéger les expérimentateurs des projections de matière liées au risque d’implosion de la cloche. La desserte en métal a depuis laissée place à une nouvelle, en bois, évitant les risques d’électrocutions.

Il ne faut pas se méprendre ; le faible coût de cette installation ne signifie pas que les expériences menées soient d’un bas niveau scientifique.

Ce banc MHD fut par ailleurs présenté et mis en fonctionnement lors du Congrès International Astronomie Espace Ovni qui s’est tenu à Strasbourg, le 16 et 17 Octobre 2010.

Laboratoire du Banc MHD basse densité

Banc MHD basse densité, avec ses vitres de protection