• Juin 2018

    Dans l’article du 7 mai 2018, le Docteur Selden, membre de notre équipe, montre que ce serait une erreur de ne pas tenir compte des effets psychologiques dû aux phénomènes ovni. En effet, la grande majorité des cas d’observation d’ovnis reposent uniquement sur des témoignages.

    Même si les témoins sont irréprochables, ils sont affectés par l’étrangeté du phénomène, ce qui implique qu’ils ne réagissent pas obligatoirement de manière rationnelle, ce qui explique aussi en partie pourquoi ce type d’événement ne peut pas être considéré par la communauté scientifique en général puisque le témoignage ne repose que sur la valeur du témoin.

    La réalité matérielle du phénomène OVNI a été mise en évidence par de nombreuses observations visuelles, photographiques et par confirmation radar, traces physiques et biologiques au sol.

    Mais, bien qu’il existe de nombreuses photos et vidéo, pas toujours hélas, de bonne qualité, elles n’apportent toutefois que peu d’informations supplémentaires sur la nature du phénomène.

    Ces phénomènes se présentant régulièrement sous l’apparence de lumières nocturnes, on comprend d’emblée l’importance de réaliser une image spectrale, lors d’une observation fortuite par l’utilisation de la spectroscopie.

    La spectroscopie est une technique observationnelle bien connue des astronomes, des chimistes et des physiciens en général, depuis des décennies. Elle a permis de mettre en évidence l’expansion cosmologique (loi de Hubble), de mesurer les vitesses des corps célestes, la composition chimique, la température des étoiles, ainsi que des grandeurs physiques telles que champs magnétiques ou électriques.

    Avec l’avènement des smartphones, tous équipés de capteurs photos de grandes qualités et moyennant un modeste investissement de l’ordre de quelques euro, cette possibilité est à la portée de tout un chacun un peu de théorie et de pratique.

    Mais ceci signifie également que la solution de distribuer des réseaux de diffraction, montés ou non sur téléphone portable ou autre appareil photo ou caméra n’est pas fiable, non à cause de cette technique, mais bien à cause du facteur humain comme nous venons de l’expliquer.

    Cette technique ne sera donc pas un gage de réussite, puisque comme le cerveau du témoin sera affecté au moment de l’observation,  il n’aura donc pas forcément le réflexe de simplement sortir son téléphone de sa poche.

    Et encore faudrait-il qu’il puisse le faire dans de bonnes conditions : Distance, luminosité, réglage etc…

    Paradoxalement, cette technique permettrait d’avoir une preuve quasi irréfutable de l’existence d’une intrusion extraterrestre dans notre environnement, le “saint Graal des ufologues”, “LA preuve”  car autant il est possible numériquement de truquer des photos ou des films, comme on en voit régulièrement à profusion sur le net, autant il est très difficile de falsifier un spectre. On saurait de “quoi ” et “en quoi” est fait l’objet et ceci apporterait aussi un début de réponse au “comment “.

    Ufo-science tente depuis 10 ans maintenant de faire la promotion de cette technique en distribuant gratuitement des réseaux de diffraction, mais le bilan est sans appel : en 10 ans nous en avons distribués environ 4500, trop peu pour avoir statistiquement un cliché exploitable.

    Même avec la miniaturisation du système en l’intégrant de façon aux téléphones portables, l’engouement du public n’est pas là, la demande est pratiquement inexistante et il faudrait des millions de gens équipés pour pouvoir espérer un cliché, un seul !

    Les principales raisons de se désintérêt, sont pour nous les suivantes :

    Il faudrait une couverture médiatique, nationale, voire internationale, mais les médias sont difficilement accessibles. Même si c’était le cas et même avec internet, ça ne prend pas.

    L’autre raison est pédagogique, car cette technique engendre les contraintes suivantes :

    Une fois la photo prise,  il faudra analyser le spectre, ce qui demande certaines compétences scientifiques comme la calibration de l’appareil, l’utilisation d’un logiciel dédié, des analyses et interprétations possibles, or ceci n’est pas à la portée de tous et nécessite un minimum de connaissance scientifique, que la plupart des gens, trouvent trop compliqué.

    Bref souvent ce que recherchent les gens, c’est du “rêve” et des histoires, le sujet ovnis les fait rêver, alors que le mot “spectre” les fait fuir. Ce qu’ils veulent c’est une bonne histoire de RR3.

    Alors, comment s’affranchir alors de tous ces facteurs humains ?

    Une  autre tentative que nous avons lancé d’utiliser des stations automatiques, fonctionnant 24h/24.

    Ces stations, équipées d’une caméra avec un objectif fish-eyes, c’est-à-dire qui peut scruter le ciel avec un angle de 360°, permet de couvrir une portion  importante et diminue la nécessité d’un nombre conséquent de porteurs de réseaux de diffraction.

    D’après nos calculs, il en faudrait  au minimum 100 pour couvrir la totalité du territoire. N’ayant pas les budgets du CNES, nous en avons pourtant déployé 5 sur la moitié sud de la France. Nous invitons d’ailleurs les gens à faire de même si leurs moyens le leur permettent. Nous avons gratuitement mis à disposition les plans pour en construire, et ouvert un forum dédié aux échanges sur la conception et utilisation. Vous pourrez être conseillé et les orienté sur les choix techniques (voir ici).

    Par ailleurs,  Ufo-science a plusieurs cordes à son arc, et si en  2013 nous avions mis la MHD en stand-by, les déclarations récentes du Président Vladimir Poutine de la fédération de Russie, nous incitent à reprendre les expérimentations qui étaient en jachère depuis. Nous expliquerons dans un prochain article en quoi nos expériences étaient et sont en rapport avec ce discours. Nous tenterons par la même occasion expliquer comment la MHD pourrait être utilisée à des fins pacifiques dans les domaines civils.

    Les applications MHD deviendront civiles sans nul doute,  dans l’avenir, enfin nous l’espérons.

    Montrant ainsi, qu’en plus du coté psychologique, comme l’explique Jacques Vallée, nous tiendrons compte de tous  les possibles y compris donc,  de l’aspect “vis écrou “, c’est-à-dire que l’ovni physique.

    Écrivons notre futur, non guerrier si possible.

    Le Président,

    Xavier Lafond

  • Janvier 2018

    Comme dans toutes les associations, il arrive que certains de ses membres démissionnent, soit parce qu’ils ne partagent plus les choix de la majorité ou bien par l’envie de faire autre chose.  Ufo-science, même au bout de 10 ans, n’échappe pas cette règle, et les départs récents ont entrainé une réorganisation.

    Nous avons jugé plus honnête, suite au départ du précédent président, de renoncer au versement de l’intégralité des droits du livre « Ovni l’extraordinaire découverte » co-signé avec JC Bourret et qu’il avait négocié avec l’éditeur. Nous nous privons donc de fait d’une rentrée d’argent importante, mais c’est libres d’esprit que nous pouvons continuer, et sur des bases claires.

    En 2018 nous poursuivrons donc principalement le perfectionnement et le déploiement de nouvelles stations automatiques. Les autres activités ne sont pas suspendues, mais temporairement ralenties, en raison de notre manque de trésorerie, suite au renoncement des droits du livre.

    La grande majorité des observations est essentiellement constituée de phénomènes lumineux, à des distances souvent difficiles à appréhender. Jusqu’à présent, du moins officiellement, aucune vidéo ou photographie n’a pu apporter crédit faute d’information tangible et scientifique. Sauf à disposer devant l’objectif un réseau de diffraction capable de décomposer la source lumineuse et d’apporter des éléments scientifiques tels que la composition chimique de celle-ci, il est impossible d’exploiter ces images.

    Il faut aussi prendre en compte le coté psychologique lié au phénomène, et particulièrement le temps de réaction du témoin. Nombreux sont ceux qui, avant de sortir leur téléphone, leur appareil photo ou même d’avertir d’autres personnes, restent comme figés, et interrogatifs face au phénomène, et ont une réaction appropriée trop tardive.

    Nous partons du postulat que ces observations correspondent à des engins réels et solides et que des spectres exploitables le prouveraient, mais que le facteur humain est aléatoire. Nous avons donc pensé à automatiser la détection. Il est en effet difficile de passer 100% de ses nuits la tête en l’air avec un appareil photo et d’attendre tous les jours, voir de compter sur le hasard pour capturer “LA PREUVE”.

    Mais une station elle, peut le faire ! 24h/24, 365 jours par an.

    Reste à l’humain, l’interprétation et l’analyse des détections, résultats que nous communiquons dans la mesure du possible.

    Cette réorganisation sera aussi l’occasion d’accueillir  de nouveaux membres avec de nouvelles compétences, afin que les buts d’origine continuent avec toujours comme objectif de démontrer que le phénomène ovni peut être scientifiquement fécond dans tous les domaines.

    Nous allons dans les prochains jours communiquer sur le fonctionnement de cette nouvelle association et sur les orientations que nous allons prendre pour son fonctionnement.

     A bientôt et encore merci pour votre soutien.

    Le Président,

    Xavier LAFONT

  • Bilan de l’année 2017

    L’année 2018 approche à grand pas. C’est pour nous le moment de faire le bilan de l’année écoulée, en termes d’actions et de réalisations. Une année riche en évènements, en développements, fruit d’échanges fructueux et d’un travail d’équipe efficace au sein de notre association.


    Surveillance du ciel : Extension du réseau S.A.D.E.P.A.N

    La réalisation et le perfectionnement des stations de détection miniatures UFOCatch a été au cœur de nos actions durant l’année écoulée. Pouvoir fournir des cameras de qualité, d’une grande sensibilité à un coût abordable, mais aussi évoquer et élaborer des partenariats avec un constructeur, nous a demandé beaucoup de temps. Un rapprochement avec une société d’Astronomie américaine nous a permis d’accéder à du matériel en test, le but étant de vérifier si ces cameras pourraient aussi nous convenir.

    Ces deux derniers mois, trois nouvelles stations de détection, directement développées et gérées par UFO-Science, ont été installées et testées, notamment à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) et à Lombez (Gers).

    Le réseau de surveillance du ciel S.A.D.E.P.A.N (Stations Automatiques de Détection et d’Enregistrement de Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) couvre dorénavant une bonne partie du Sud de la France, d’Est en Ouest.

    Grâce à Jean-Christophe Doré, concepteur des stations UFOCatch, le réseau est pleinement opérationnel. Plusieurs centaines de détections ont été enregistrées. Toutes n’ont pas été analysées. En effet, dans la très grande majorité des cas il s’agit de simples bolides, mais ces derniers font office d’excellents tests en conditions réelles, idéal pour valider le bon fonctionnement du réseau. Certaines détections ont été relayées par des quotidiens régionaux, comme La Dépêche ou Sud Ouest, permettant ainsi d’informer un plus grand nombre de personne de notre démarche.

    Cependant, plusieurs enregistrements ont donné lieu à des enquêtes et sont devenus de véritables “cas d’école”, comme à Rochefort le 7 janvier 2017, ou le 20 octobre 2017, première triple détection d’un même phénomène au-dessus du Gers. Un logiciel de modélisation de trajectoire a par ailleurs été développé dans le but de suivre l’évolution de phénomènes lumineux en 2D et 3D.

    En parallèle, plusieurs actions ont été menées afin d’aider tout un chacun à concevoir sa propre station de détection UFOCatch, à travers la réalisation de tutoriels vidéos, mais aussi d’un forum. Un forum qui permet de mettre en place une véritable synergie entre ses différents membres, parfois éloignés géographiquement, d’échanger du matériel, de poser des questions et de participer à des discussions techniques. Nous invitons tous ceux qui voudraient participer à nous rejoindre sur ce forum.

    L’installation de nos stations UFOCatch a été l’occasion de nous réunir afin d’échanger sur de futurs projets, et d’envisager nombres d’améliorations pour étendre ce réseau à une plus grande échelle.

    Photos réalisées par Mélissa Abes pour notre Instagram, UFO-Science


    Réseaux de diffraction : diffusion et nouveau modèle

    La diffusion des réseaux de diffraction à travers le monde demeure un fil rouge. En 2017, entre 250 et 300 unités sous forme diapositives ont été diffusées. Au total, ce sont plus de 4500 bonnettes, sous forme diapositive et sous forme de SpectroKit 1.0, qui sont en circulation dans plus de 35 pays. Une dispersion en nombre encore insuffisante au regard de la surface des territoires, du manque de formation des personnes équipées, et du temps de mise en place de l’outil devant l’objectif des appareils.

    Pour pallier au problème de réactivité, nous avons commencé le développement du SpectroKit 2.0. Fort de notre expérience sur la conception de la première version de bonnettes pour téléphones portables, Jean-Christophe Doré a cherché à supprimer les défauts de notre ancien modèle. Le prototype est fonctionnel depuis maintenant plusieurs mois, testé en condition réelles pour évaluer sa résistance. En parallèle, plusieurs industriels ont été contactés pour envisager une production de masse. Nous étudions actuellement, avec certains de ces industriels, une méthode qui permettra d’obtenir le meilleur rapport coût/quantité afin de lancer dès que possible une fabrication en série. Un modèle qui transformera n’importe quel smartphone en Spectroscope en l’espace de quelques secondes.


    Sensibilisation du public

    Un concept, un produit, une réalisation, ne peut se développer à grande échelle sans aller à la rencontre du public pour le sensibiliser à notre démarche et aux objectifs que nous nous sommes fixés. La transmission de notre savoir, de notre savoir-faire, a donc fait partie intégrante de l’année écoulée, que ce soit au travers d’un livre, lors d’émissions de radio, d’interventions sur des WebTV et d’interventions en public. Certains points marquants sont à noter :

    Repas ufologique de Toulouse

    En juin 2017, au cours d’un Repas Ufologique organisé à Toulouse, Sylvain Matisse, qui tenait une conférence sur les O.A.N.I, a proposé à Mathieu Ader, alors présent dans la salle, de prendre la parole durant quelques minutes pour présenter UFO-Science et nos travaux. L’occasion de présenter nos systèmes de détection UFOCatch, et de faire le point sur l’avancée de nos recherches. Remercions Sylvain pour son indéfectible soutien et son amitié.

    Rencontres ufologiques de Valensole

    Organisé en Juillet 2017 par l’association « Le Café de l’inexpliqué », Mathieu Ader s’ést rendu à cet événement dans le but de présenter les stations de détection UFOCatch et d’en faire une démonstration. Pour l’occasion, un espace dédié avait été aménagé pour présenter l’association et l’ensemble des travaux réalisés au sein d’UFO-Science sur l’acquisition de données. Une veillée était également organisée afin d’échanger avec le public sur l’Astronomie, les méprises et l’utilité des réseaux de diffraction dans l’étude des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés. Une information également relayée par la WebTV ODHTV, animée par Gilles Thomas. Le Compte-rendu complet de cet évènement est disponible sur le site. Merci à Gilles pour son travail, devenu un relais incontournable en matière d’ufologie.

    Émission sur la WebTV NureaTV

    En novembre 2017, Mathieu Ader était invité sur NureaTV. L’occasion de présenter l’historique de l’association au travers de nos différents domaines de recherche, passés et actuels : collecte et analyse de données scientifiques, prélèvements d’échantillons sur le terrain, expérimentations en laboratoire, mais surtout faire le point sur les avancées en matière de station de détection. Merci à Nora et Guillaume pour leur soutien, leur amitié et leur invitation.
    Rendez-vous sur Youtube pour voir ou revoir l’émission.

    Convention Toulouse Game Show

    En décembre 2017, nous étions présents à cette convention annuelle en tant que visiteurs, à nos propres frais. En effet cet événement culturel, bien que centré sur l’univers des Jeux-vidéos, des Mangas et de l’Anime, traite aussi de Science-Fiction, au travers notamment de la littérature et de la Bande dessinée. L’occasion de présenter nos travaux par la diffusion de réseaux de diffraction sous forme diapositive au public présent, à diverses associations, sur divers stands, mais aussi d’échanger avec des graphistes, des journalistes et des réalisateurs.

    Pour l’occasion, une notice d’utilisation originale a été réalisée, sous forme de Bande Dessinée.

    Des échanges forts intéressants qui nous mènent actuellement vers de nouveaux projets, en rapport avec nos travaux, avec de nouveaux partenaires. Projets qui verront probablement le jour au cours de l’année prochaine, et qui permettront d’aborder nos travaux auprès d’un tout nouveau public. Merci à Mélissa Abes pour son soutien, sa collaboration, ses idées et son investissement.


    2007 – 2017, 10 ANS.

    Dix années à défendre le bien fondé de notre démarche, à exposer et illustrer ce qui fait la spécificité de notre association, à savoir mener à bien l’étude des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés, en mettant en œuvre des méthodes d’investigation rationnelles et scientifiques, au plus haut niveau des techniques et des connaissances actuelles, que ce soit sur le terrain ou en laboratoire, en établissant des contacts avec d’autres groupes, laboratoires de recherche ou associations analogues, dans le but d’étendre cette action à une échelle internationale au travers de collaborations et de partenariats, fidèles aux objectifs définis lors de la création de l’association.

    2017 a été une année riche en idées neuves, en contacts inattendus et prometteurs, en actions concrètes, en mise en place de nouveaux projets. Plusieurs weekends de travail ont été mis en place tout au long de l’année afin de les mener à bien. De longues soirées d’échanges au téléphone et de très nombreux emails se sont avérés nécessaires.

    2018 sera pour nous une année de consolidation. Une consolidation des objectifs fixés à l’origine de la création de l’association, qui ont définis ce qui fait l’identité propre d’UFO-Science, afin d’élargir notre vision des actions et travaux à venir.

    2018 sera aussi une année d’ouverture. Une ouverture à celles et ceux qui sont convaincus du bien fondé de notre démarche. Une ouverture aux compétences de celles et ceux qui partagent notre vision et qui souhaitent la voir perdurer.

    Nous remercions nos lecteurs, nos followers et tous ceux qui nous soutiennent, sans qui rien ne serait possible.

    2018, UFO-Science continue.

    L’Equipe Ufo-Science